• Stress et santé

     Conséquences du stress sur la santé 

    Bien que naturel, le stress peut au-delà d'une certaine dose devenir néfaste pour notre santé. Parmi toutes les idées reçues qui tournent autour du stress, comment distinguer le vrai du faux ?

    Des conséquences à court terme…

    Lorsqu'une personne est soumise quotidiennement et intensément à des situations stressantes, elle produit de manière quasi continue des hormones du stress (adrénaline et cortisol). Mais le système finit par s'emballer et par ne plus être efficace. Cette hyper-activation hormonale entraîne en quelques semaines l'apparition de symptômes.

      

    Conséquences du stress sur la santé

      

      

    Types de symptômes

    Symptômes

      

      

    Symptômes physiques

    Douleurs (coliques, maux de tête, douleurs musculaires, etc.), troubles du sommeil, de l'appétit et de la digestion, sensations d'essoufflement ou d'oppression, sueurs, etc.

      

      

    Symptômes émotionnels

    Sensibilité et nervosité accrues, crises de larmes ou de nerfs, angoisse, excitation, tristesse, sensation de mal-être, etc.

      

      

    Symptômes intellectuels

    Perturbation de la concentration nécessaire à la tâche entraînant des erreurs et des oublis, difficultés à prendre des initiatives ou des décisions, etc.

      

      

    Symptômes comportementaux

    Modification des conduites alimentaires, comportements violents et agressifs, isolement social (repli sur soi, difficultés à coopérer), etc.

      

      

    Source : INRS / Novembre 2005

      

    …et sur le long terme

    Lorsque la situation de stress se prolonge, la santé s'altère.

    » Des risques cardio-vasculaires ? Oui. Les relations entre certains facteurs professionnels de stress et le risque d'accident cardio-vasculaire ont d'ailleurs été très largement démontrées.

    » Des troubles psychologiques ? Oui. Les études suggèrent que le stress augmente le risque d'anxiété et de dépression par un facteur de deux ou trois. Bien que ces troubles soient liés à d'autres facteurs de risque, ce sont quand même les pathologies les plus fréquentes de nos jours en médecine du travail.

    » Les troubles musculo-squelettiques ? Oui. Mal de dos, des poignées, des coudes, tendinites… toutes ces pathologies que l'on appelle TMS, sont en pleine progression. Les sollicitations purement mécaniques liées aux conditions de travail (porter ou soulever des lourdes charges par exemple) ne sont pas seules en cause. La preuve, les TMS touchent aussi les professions où le travail physique est minime, alors que la pression psychologique est en revanche très importante. L'ensemble des facteurs de stress au travail comme l'insatisfaction, le manque de soutien ou la pression pour produire plus et dans des délais de plus en plus court, entrent également en jeux. Plusieurs études apportent les mêmes conclusions.

    » Les ulcères, les cancers, les troubles de la thyroïde, l'infertilité ? Non. Bien que ces pathologies fassent l'objet de nombreux travaux, les résultats actuels ne permettent pas d'établir un lien avec le stress.

    Hypertension et stress : vrai ou faux 

    Attention aux idées reçues. Si le stress fait varier la pression artérielle, il ne rend pas hypertendu pour autant !

    Le stress augmente notre pression artérielle, mais de manière ponctuelle. Une fois le stress passé, elle redescend. L'hypertension au contraire est une maladie chronique qui persiste malgré le stress. 

     » Le stress augmente la pression artérielle ? 

    Vrai. La pression artérielle varie au cours de la journée en fonction de nos émotions, des événements, et de notre état de stress. Clairement, lorsque nous sommes calmes et détendus, par exemple au lever, les chiffres de la pression artérielle sont bas. Au contraire, si nous sommes sur les nerfs ou émus, cela élève notre pression artérielle. Ceci dit, ces variations de tension sont ponctuelles et réversibles. Dès que le stress diminue, tout rentre dans l'ordre.

    » Le stress est plus dangereux pour les personnes qui ont de l'hypertension ?

    Faux. Si une personne hypertendue est soumise à un stress, sa tension va naturellement augmenter. Mais du moment qu'elle suit son traitement, elle redescendra aussitôt. Par contre, ce qui est dangereux c'est de ne pas se faire soigner lorsque l'on souffre d'hypertension.

    » Une personne trop souvent stressée a plus de risque d'avoir de l'hypertension ?

    Faux. L'hypertension artérielle est du à une anomalie des artères dont le stress n'est pas la cause. Le stress élève transitoirement la pression artérielle, mais elle redescend juste après. En revanche, l'hypertension est une maladie chronique qui apparaît et persiste même sans stress.

    » Vaincre le stress aide à diminuer la tension ?

    Vrai et Faux. Relaxation, yoga, gestion du stress… Il est vrai que toutes les méthodes qui font baisser le stress sont bénéfiques lorsqu'on est hypertendu. Toutefois, ce n'est pas suffisant. Seule une prise en charge médicale (médicaments et diététique) permet de faire baisser la tension et en conséquence de prévenir des maladies cardiovasculaires. Autrement dit, être zen et détendu n'empêche pas d'avoir besoin d'un vrai traitement hypotenseur.

    » Lorsqu'on est hypertendu, on est tendu nerveusement ?

    Faux. L'hypertension est une anomalie des artères, ce n'est pas une maladie des nerfs. C'est la raison pour laquelle, une personne apparemment calme peut très bien faire de l'hypertension.

    Le cœur à l'épreuve 

    Est-ce que les grands stressés ont le cœur plus fragile ? Et les personnes malades du cœur doivent-elles veiller à éviter les situations de stress ?

    Profils de type A : deux fois plus de risque de maladie du cœur

    En 1975 et après huit ans de recherche sur plus de 3000 patients en bonne santé au départ, deux cardiologues américains, les docteurs

    Rosenman et Friedman observent que les profils appelés "type A" ont deux fois plus de risque de survenue d'une maladie cardiaque que les profils opposés de "type B". Ce résultat sera vérifié par la suite par de nombreuses enquêtes de population.

    Qui sont ces profils de type A ?

    Ce sont des individus en position de lutte permanente. Lutte contre le temps qui passe et qui n'est jamais suffisant, lutte contre les hésitations, la fatigue, les doutes… mais également lutte contre les autres qu'il faut sans cesse dépasser pour rester le meilleur, et dont il faut se méfier, aussi.

    Les personnalités de type A sont donc souvent impatientes, hyperactives, dynamiques, compétitives, ambitieuses, agressives, coléreuses, etc. Bref, elles sont sans cesse dans un état de réaction de stress. Résultat, elles libèrent sans arrêt de l'adrénaline et leur corps reste presque constamment sous tension. A la longue, ce type de comportement peut nuire à la qualité de vie et à la santé du cœur et des vaisseaux.

    Les conséquences sur le cœur et les vaisseaux

    D'une façon générale, toutes les émotions fortes en réaction à un stress, par exemple la colère - exprimée ou contenue - ont une influence néfaste sur la santé cardiovasculaire. Pas immédiatement, mais sur le long terme. En effet, ces émotions négatives, additionnées à d'autres facteurs de risque, favorisent le dépôt des mauvaises graisses et la formation de caillots sur la paroi des artères.

    Comment mieux gérer le stress au quotidien ?

    Bien entendu, les maladies cardio-vasculaires sont liées à d'autres facteurs de risque et il ne suffit pas d'avoir un caractère coléreux pour faire un infarctus. Mais à la différence du sexe, de l'âge ou encore des antécédents héréditaires qui ne sont pas des facteurs de risque modifiables, il est possible de d'améliorer sa qualité de vie afin de diminuer sa réactivité aux situations de stress.

    Il ne s'agit pas d'éliminer totalement le stress non plus, car celui-ci est naturel et fait partie de notre environnement. En revanche, il est possible de limiter toutes les occasions susceptibles de nous stresser. En éliminant les situations de stress inutiles pour ne garder que celles qui sont inévitables. En acceptant le fait de ne pas toujours réussir à tout faire, à tout contrôler, et à tout réussir. Parfois, il est en effet plus sain de faire des choix, de déléguer des tâches, de ne pas satisfaire tout le monde, etc. Et surtout, en prenant du recul. Le fait de relativiser aide parfois aborder les situations avec moins de stress.

    Les facteurs de risque cardiovasculaires

    Stress et santé

    Le stress est l'un des facteurs de risque des maladies cardiovasculaires. Il appartient aux facteurs de risque modifiables à la différence du sexe ou de l'âge sur lesquels on ne peut rien. A côté du stress, on retrouve les personnalités de type A, qui correspondent aux personnalités qui mettent beaucoup d'énergie à lutter contre le stress, et qui par ailleurs "recherchent" les situations de stress.

    Du stress à l'anxiété 

    Une personne anxieuse n'est pas nécessairement une personne trop stressée. En revanche, le fait d'être régulièrement soumis à un stress peut être source d'angoisse et d'anxiété.

    A force d'être soumis à des situations stressantes, il arrive que nous développions une anxiété. 

    En temps normal, la réaction de stress active principalement trois grandes émotions : l'anxiété (nous sommes sous tension), la dépression (nous pouvons baisser les bras face à ce stress) et la colère (nous décidons de nous confronter à ce stress).

    Le problème, c'est qu'à force d'être soumis à des situations stressantes, il arrive que nous développions particulièrement l'une de ces émotions, par exemple l'anxiété. Le stress augmenterait ainsi le risque d'anxiété par deux ou trois.

    L'anxiété se manifeste par trois types de symptômes :

    » Angoisse, inquiétude permanente, appréhension et extrême vigilance face aux événements anxiogènes.

    » Sensation d'être tendu : muscles contractés (dos, nuque, mâchoires…), rythme cardiaque accéléré, transpiration excessive.

    » Evitement : les situations que l'on craint sont évitées.

    Lorsque ces symptômes surviennent en situation de stress, c'est une adaptation normale qui fait partie de la réaction de stress. Par exemple, avant d'entrer en salle d'examen, le candidat est inquiet, il est tendu, et tenté d'éviter l'épreuve. Par contre, lorsqu'ils s'intègrent à un état permanent, détaché de tout stress, cela devient pathologique.

    L'anxiété peut alors se manifester sous différentes formes :

    » L'anxiété généralisée qui touche 5% de la population correspond à un profil psychologique très angoissé, pour lequel le moindre souci quotidien prend une importance excessive. On s'inquiète pour la santé de ses enfants, on a peur qu'il leur arrive quelque chose, on craint de perdre son travail, etc. Patrick Légeron, psychiatre à l'hôpital Ste Anne à Paris, indique dans son ouvrage "le stress au travail" que "l'apparition de l'anxiété est favorisée chez les gens qui vivent en situation de stress : en effet à partir d'un premier noyau d'inquiétude, qui a germé autour du stress, tout système d'angoisse se met en place et se développe".

    » Autre forme d'anxiété, les troubles paniques qui touchent 3 à 5% de la population. Ce sont des crises d'angoisse qui surviennent régulièrement, sans raison apparente. On a l'impression que l'on va avoir un malaise, que l'on a des difficultés pour respirer, que le cœur bat plus vite, etc. Lorsque ces crises se répètent, qu'elles deviennent handicapantes au quotidien et que l'on vit dans la crainte de la prochaine crise d'angoisse, un vrai trouble anxieux s'installe. Toujours selon Patrik Légeron, "le stress est souvent l'un des facteurs déclenchant de la maladie. Ainsi, chez de nombreux patients, les crises de panique ressurgissent lors de périodes difficiles de stress et au contraire s'estompent quand leur existence est plus sereine »

    10 réflexes contre le stress 

    Détendez-vous...

    Tous les moments de détente sont bons à prendre dans une journée particulièrement chargée. Discuter un quart d'heure avec un collègue, faire les boutiques à l'heure du déjeuner, s'évader ne serait-ce qu'une demi heure avec un bon bouquin… bref, imposez-vous de vous aménager des petites pauses détente ! Pendant le travail, faire une pause n'est pas une perte de temps, mais un moment de récupération.

    Respirez...

    Yoga, relaxation… toutes les méthodes qui vous aident à contrôler votre respiration et à détendre vos muscles sont d'excellents anti-stress, ils vous aideront à vous décontracter et à décompenser.

    Surveillez votre alimentation

    Limitez les excitants comme le café, le thé et l'alcool. Privilégiez les fruits et légumes, les céréales, le pain complet dont les vitamines sont des anti-stress. De plus, prenez un vrai petit déjeuner et mangez lentement pour apprécier ce moment de détente.

    Dormez bien

    Le sommeil est très important pour récupérer de tout le stress de la journée. Avoir un bon matelas, dormir dans une pièce fraiche et au calme sont indispensables.

    Anticipez

    Une présentation orale, une réunion familiale, un examen… quel que soit la situation qui vous stresse, ne la mettez pas de côté, pensez-y à l'avance. En effet, si vous anticipez la situation qui vous stresse, vous pourrez mieux l'appréhender en situation réelle.

    Au bureau, aménagez-vous un espace agréable

    Si vous êtes particulièrement stressé au travail, sachez que votre espace personnel a une grande importance. Pour commencer, votre chaise doit être confortable et votre bureau suffisamment éclairé afin que vous puissiez travailler dans de bonnes conditions. De plus, vous pouvez décorer votre bureau afin de vous y sentir bien.

    Faites des choix

    Si vous cherchez à satisfaire tout le monde, et à tout réussir, votre niveau de stress sera bien trop élevé. N'essayez pas de gérer dix choses en même temps. Choisir vos priorités ne vous rendra pas moins admirable. Par exemple, vous avez le droit de refuser une invitation parce que vous êtes fatigué ou que vous aviez prévu de rester tranquillement chez vous.

    Ne culpabilisez pas

    Au travail, par exemple, n'hésitez pas à déléguer pour vous décharger un peu, vous n'en serez pas moins efficace. De la même façon, prenez vos jours de congés sans culpabiliser.

    Maintenez un réseau social

    Le réseau social joue un grand rôle protecteur vis à vis du stress. Le fait de se sentir entouré, conseillé, de pouvoir échanger, et d'être rassuré lorsque l'on doute est primordial. Il est donc important de garder le contact avec les autres, tout en sachant que la qualité des relations est plus importante que la quantité de personnes que l'on côtoie.

    10» Faites-vous soutenir psychologiquement

    Si vous connaissez des périodes d'anxiété, voire de dépression, votre médecin peut éventuellement vous prescrire des médicaments sur une période limitée afin de vous aider à mieux dormir et à être moins angoissé. Les psychologues et les psychiatres sont des professionnels qui pourront également vous aider à aborder les situations qui vous stressent ou vous découragent. Le fait d'en parler peut vous aider à comprendre vos angoisses et à retrouver confiance en vous.

     

     

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :